HelpX dans un Bed & Breakfast à Kuranda

 

Premiers jours

Nous avons eu la chance de voir un beau coucher de soleil dans l'avion et la nuit est tombée lorsque nous atterrissons à Cairns à 19h30. Nous ne sommes plus en New South Wales (Nouvelles Galles du sud) mais dans le Queensland. C'est la Reine Victoria qui est à l'origine de ce nom, lorsqu'elle signa la proclamation séparant le Queensland de la Nouvelles Galles du Sud le 6 juin 1859.

Situé au nord-est de l'Australie, c'est le 2ème état le plus grand de l'île, 1 852 000 km² tout de même, pour plus de 4 500 000 habitants, soit le 3ème plus peuplé. L’État est bordé par la mer de Corail à l'est, qui fait partie de l'Océan Pacifique.


A peine descendu de l'avion, le changement de décor est total ! Il y a de grands panneaux affichés à l'intérieur avec des photos multicolores représentants la grande barrière de corail, des palmiers, des forêts tropicales, des plages paradisiaques...

Après toutes ces heures de vol, ça y est, nous réalisons un peu que nous sommes sous les tropiques à plus de 15 000 km de la France !

Et le climat ne tarde pas à nous le faire savoir : dès que l'on quitte l'air climatisé de l'aéroport, nous sentons une énorme vague de chaleur nous envahir ! Étrange sensation que de sentir un air si chaud et humide alors qu'il fait pourtant nuit. Nous avons l'impression d'être dans un hammam ou devant une sortie de tuyau de climatisation...

Nous avons rendez-vous avec nos hôtes, Linda et Nevon, pour une mission Help Exchange de 2 semaines.

En effet, après de nombreuses demandes via le site HelpX, ce sont les premiers à nous avoir répondu favorablement. Ils possèdent un Bed & Breakfast (1 appartement et 2 chambres) qu'ils louent et ont besoin d'aide pour le ménage ainsi que l'entretien des espaces extérieurs. En échange de quelques heures de travail par jour, nous séjournerons dans l'une des chambres et bénéficierons de repas tout en partageant leur quotidien. 

Nous embarquons avec ce couple de sexagénaires pour Kuranda, un village de 1600 habitants situé sur le plateau d'Atherton de la Cordillère australienne à 25 km de Cairns, au cœur de la forêt tropicale. Nous ne voyons pas grand chose à cette heure avancée sur ce trajet sinueux mais découvrons une superbe maison à notre arrivée.


Il s'agit d'une habitation typique de la région dite Queenslander, celle-ci étant caractérisée par plusieurs éléments architecturaux. Ces maisons ont été bâties sur un sous-sol en bois ou en béton, afin d'augmenter leur aération mais aussi dans le but de les protéger contre les crues, les termites et autres insectes nuisibles. Elles possèdent de vastes vérandas où s'ouvrent de grandes doubles portes.

Ces grandes ouvertures sont destinées à augmenter l'écoulement de l'air. Les volets à lames et fenêtres en verre dépoli sont caractéristiques de ces bâtiments. Ils servaient à diffuser ou adoucir la lumière tout en permettant une bonne aération. La majorité de ces maisons en bois ont été construites des années 1840 jusqu'au années 1960. Nos hôtes nous apprennent d'ailleurs que la leur a aujourd'hui 65 ans.



Deux terrasses au rez-de-chaussée et une à l'étage

Linda et Nevon vivent au premier étage, non loin des deux chambres d'hôtes et l'appartement à louer est situé au rez-de-chaussée. Ils vivent avec leurs deux compagnons à quatre pattes : Sussie and Suckie.


Le premier contact linguistique avec nos hôtes est assez difficile. Ayant un anglais approximatif, qui nous avait toutefois permis de nous débrouiller en Amérique du Nord,nous ne pensions pas que nous serions aussi largués.

Nous avons vraiment du mal à comprendre nos hôtes et vice-versa. Serait-ce à cause du célèbre "accent australien" ?! Pourtant Linda nous apprend assez vite qu'elle est originaire de Nouvelle Zélande. Heureusement, nos hôtes n'hésitent pas à répéter lorsque l'on leur demande, mais nous avons du boulot avant de devenir fluent !

Après nous être endormis avec toutes sortes de bruits étranges venus de l’extérieur, nous nous réveillons à 6h30 avec le chant des oiseaux et les rayons du soleil qui pénètrent dans la chambre. Nous découvrons enfin notre nouveau cadre de vie en ouvrant nos fenêtres, et quelle surprise !! Nous sommes entourés de palmiers, arbres tropicaux et plantes exotiques ! On se croirait dans la forêt amazonienne...enfin d'après ce que l'a toujours vu au travers de reportages.


Nous voyons même des cacatoès prendre leur petit déjeuner sur la terrasse en même temps que nous : incroyable ! Nous sentons que nous allons vivre une expérience unique ici.


Notre mission commence dès le lendemain à 8h00. Nos hôtes nous expliquent qu'il s'agit d'un jour exceptionnel : leur maison étant en vente, c'est portes ouvertes aujourd'hui. L'agent immobilier doit venir à 13h30 et les acheteurs potentiels peuvent se présenter directement. 

Il faut donc nettoyer les trois chambres et les deux salles de bain de l'étage et la totalité de l'appartement à louer en bas. Guéno de son côté s'occupe du jardin avec Nevon : il taille des plantes inconnues, ramassent des feuilles, tout doit être soigné pour les visites. Un bon entrainement pour la suite.

Les 2 chambres d'hôtes, nous occupons celle de droite

L'appartement AirbnB au rez de chaussée


Notre lieu de vie en vidéo : 



C'est d'ailleurs en voyant Guéno faire des montages vidéos que Nevon et Linda auront l'idée d'en parler à leur agent immobilier pour booster la vente de leur bien et que Guéno aura sa première « commande » australienne de la part de l'agence Ray White.

Une fois la matinée écoulée, nous partons faire un petit tour du quartier pour découvrir notre nouvel environnement : de grandes maisons dans un cadre verdoyant.



En rentrant, nous découvrons un superbe jardin, sur différents niveaux, qui donne accès à une petite rivière. Nos hôtes nous ayant prévenus qu'il pouvait y avoir des crocodiles, pour la baignade on repassera !

L'accès à la rivière

La rivière en contrebas

  • Nos missions


Nous travaillons donc le plus souvent de 8h à 12h et sommes libres l'après-midi. Nos missions consistent à nettoyer l'appartement ou la chambre d'hôtes à l'étage lorsque les clients s'en vont, faire le ménage dans la maison, faire les vitres, arroser les plantes, lasurer la terrasse et les escaliers en bois... 

Rien de bien compliqué pour nous qui avons été habitués à travailler dehors par -15 degrés dans les fermes québécoises il y a 2 ans. Parfois je promène également les chiens, l'occasion de me rendre compte que tous les voisins semblent en posséder un, voire plusieurs !




L'appartement et la chambre d'hôte vacante à l'étage nous permettent de croiser plusieurs voyageurs : un couple autrichien-croate, des français, des espagnols, ainsi que plusieurs touristes chinois et australiens... Une bonne occasion de pratiquer notre anglais.

  • Le climat

Ici le climat est tout autre évidemment. Il est rare qu'il pleuve à cette période de l'année, qui correspond à la saison sèche, les températures tournent plutôt entre 25 et 32°C. Malgré cette chaleur, n'oublions pas que nous sommes en été ici actuellement, le fait d'être entourés par la forêt tropicale nous permet de pouvoir nous mettre à l'ombre la plupart du temps et d'avoir une relative fraicheur. Nous devons plutôt nous habituer à l'humidité ambiante, qui nous rend moites du matin au soir.

Nous remarquons assez vite que la maison n'est pas équipée de radiateurs, c'est bien la première fois qu'on en voit une sans, mais possède un petit poêle. Quelle ne fut donc pas notre surprise quand, un jour de pluie où il faisait néanmoins une vingtaine de degrés, nos hôtes se mettent à faire un feu parce qu'ils ont trop froid !

  • La faune & la flore

Au fil des jours que nous passons ici, nous remarquons que nous pouvons rester des heures sur la terrasse ou dans le jardin à observer ce cadre naturel unique. La proximité avec la forêt tropicale nous permet de voir des animaux sauvages peu familiers. Nos préférés : les cacatoès à huppe jaune.
 
Linda et Nevon ont eu l'idée d'installer une mangeoire qu'ils remplissent de graines matin et soir. Ces oiseaux, très intelligents, le savent très bien et peuvent venir en nombre, jusqu'à 12 quelques fois, pour avoir la chance d'en avoir une part.


Dès le lendemain de notre arrivée, nous voyons un wallaby qui se promène dans le jardin, une espèce de marsupiaux très commune dans tout le pays. Il y a également des rats-kangourous musqués, qui ne se font pas prier pour manger les restes alimentaires que nos hôtes jettent chaque soir par dessus leur terrasse; et des sortes de dindons noirs qui retournent tout ce qui se trouve sur leur passage afin de trouver de la nourriture.


Nous prenons plaisir à observer toutes sortes d'oiseaux aux chants atypiques ; comme les Sun Birds, qui se nourrissent du nectar des fleurs et qui ont l'habitude de construire un nid suspendu, accroché à un pot de fleur près de l'entrée de l'appartement à louer dans notre cas.


Un jour, nos hôtes nous pressent d'aller chez la voisine pour une rencontre inattendue. A notre arrivée nous découvrons une espèce rare mais caractéristique de la région, vivant dans la forêt tropicale : une femelle casoar

La voisine nous raconte que celle-ci a l'habitude de venir dans son jardin chaque jour, accompagnée d'un mâle, apparemment absent aujourd'hui. Ce face à face  insolite nous impressionne beaucoup, on se croirait nez à nez avec un animal issu directement de la préhistoire.

Brush turkey à gauche, cassowary à droite

Le casoar à casque, l'un des plus grands oiseaux au monde qui ne peut cependant pas voler, peut mesurer jusqu'à 1,80 m et peser 75 kg. Les cassowary jouent un rôle essentiel dans la semence de plus de 100 plantes mais sont malheureusement en voie de disparition. Il n'en resterait plus que 1200 à l'état sauvage dans tout le pays. 

L'humidité ambiante attire également d'autres petites espèces : les grenouilles. Ces dernières donnent un véritable concert à chaque soir de pluie avec leurs croassements. Nous en retrouvons même une dans la cuisine un soir.

Ça c'était pour la partie "plaisante"...malheureusement au bout d'une semaine, ce que nous redoutions arrive ! Guéno, qui a la bonne idée de regarder derrière le sèche-linge, y découvre un serpent bien enroulé !

Quelques geckos se promènent aussi dans la maison, semblables à nos tarentes du sud de la France


Nos hôtes étant absents, nous allons directement comparer la photo que nous venons de prendre avec les espèces dangereuses dont le venin peut être mortel sur internet. Car évidemment parmi les 10 espèces de serpents les plus venimeux au monde, 8 sont présentes en Australie. Il faut constamment rester sur ses gardes. Celui-ci ressemble justement à une espèce très dangereuse : le brown snake ou tiger snake. 

Nous faisons part de notre découverte à nos hôtes lorsqu'ils reviennent et nous disent qu'il doit s'agir d'un bébé car il ne leur semble pas si grand que ça. Pour nous il est énorme bien sûr ! 

Ils contactent des "attrapeurs de serpents" qui viennent le déloger puis le mettre dans un sac afin de le relâcher plus loin. Les serpents étant protégés, les citoyens n'ont pas le droit de les tuer, seuls ceux qui possèdent un permis spécial peuvent le faire. Ils nous apprennent qu'il s'agit en fait d'un jeune python de 2 mètres, rien de quoi nous effrayer en fait selon eux. 

C'est ainsi que l'on se rend compte que les australiens vivent dans un monde complètement différente du nôtre. Nos hôtes et leurs voisins nous racontent beaucoup d'histoires de requins, crocodiles et autres varans comme s'il s'agissait de simples anecdotes de vie... En effet ça l'est pour eux, mais pour nous, c'est un autre monde. 
 
Nous faisons également connaissance avec de belles araignées dans chacune des chambres à l'étage, des Huntsman apparemment. Inutile de préciser que nous avons eu la chance de trouver la plus grosse dans notre chambre ! Je crois qu'il nous a bien fallu 1 heure de cache-cache avec elle où nous redoutions de la perdre de vue, avant d'avoir le courage de l'attraper à l'aide d'une pelle puis de la faire passer par la fenêtre.

Tous les insectes semblent avoir une taille au-dessus de ceux que que nous connaissons

Concernant la flore, nous sommes servis en matière de végétation luxuriante et exotique !




En plus de tout faire pour que nous nous sentions à l'aise, nos hôtes n'hésitent pas à nous régaler en cuisinant de bons petits plats maison, notamment beaucoup de recettes asiatiques, pour mon plus grand plaisir.

Nous devons juste nous habituer aux horaires des diners, assez tôt la plupart du temps. Le soleil se couchant vers 18h15, nos hôtes se mettent à cuisiner vers 17h30 ou 18h pour manger vers 18h30 au plus tard.

Nous apprenons aussi que Nevon donne des cours à de futurs boulangers et a même participé à des concours en Europe. Nous avons donc droit à un cours de fabrication de ciabatta, un atelier cuisine spécial pasties (sorte de feuilletés fourrés à la viande et aux légumes) et à quelques pains faits maison. Quoi de mieux pour nous, deux français capables de manger une baguette par jour ?!


Nous en profitons pour gouter une célèbre spécialité australienne : la vegemite ! Cette pâte à tartiner faite à base de levure concentré (résidus de la production de bière) est très populaire en Australie. Elle faisait même partie des rations des soldats durant la seconde guerre mondiale.

Je redoutais un peu ce test car j'avais déjà lu que ce goût était très spécial... En effet, celui-ci s'apparente à une sorte de sauce au poisson ou de quelque chose de très salé. Les australiens la déguste sur du pain beurré ou non, avec du cheddar parfois. Même si cela est plein de vitamines B, nous nous en tiendrons à la confiture de notre côté.

Plateau du petit-déjeuner des invités

Nos hôtes ne négligent pas non plus le dernier point du HelpX : la découverte de la région. Ils nous proposent souvent de nous emmener avec eux lorsqu'ils doivent se rendre à des rendez-vous et n'hésitent pas à jouer les guides touristiques. C'est ainsi que nous découvrons les environs durant notre séjour chez eux : Cairns, Port Douglas, les Tablelands, Mission Beach, Granit Gorge...

Alors que nos 2 semaines de HelpX s'achèvent, Linda nous demande si nous ne voulons pas prolonger notre séjour chez eux d'une semaine. Apparemment contente de notre travail, elle ajoute qu'une de ses amies prénommée Phoebe, actuellement en vacances, aurait besoin de helpers à son retour dans une semaine.

Après notre arrivée à Kuranda, nous avions quand même reçu d'autres réponses positives suite à nos demandes via le site HelpX. Cependant nous ne nous étions engagés formellement avec personne ne sachant pas encore quelle serait la suite de notre voyage. Nous décidons donc d'accepter sa proposition et un barbecue est organisé le 17 octobre à Clifton Beach à Cairns afin de faire connaissance avec notre future hôte pour de nouvelles aventures.


 
Nous sommes très reconnaissants envers Nevon et Linda pour leur accueil, leur gentillesse et leur générosité, ce qui a grandement contribué à rendre le début de notre voyage si agréable, malgré nos difficultés de communication.



>>> la suite ici

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le village de Kuranda - Ngunbay

Cairns : une ville sous les Tropiques

Port Douglas et Yorkeys Knob : un cadre paradisiaque

Escale de 2 jours à Sydney